Torino-Nice Rally

UN VOL POUR NICE PAR TEMPS CLAIR. ALORS QUE L'AVION FRANCHIT LES SOMMETS DES ALPES DU SUD, L'ŒIL EST IRRÉMÉDIABLEMENT ATTIRÉ PAR CE QUI SE PROFILE PAR LE HUBLOT...« QU'IL FERAIT BON DE PERDRE DANS CES MONTAGNES. »

De Ponte Marmosa à la vallée de Maria, face nord du Piémont. Les pentes bitumées, abruptes et sans pitié, permettent de rejoindre le col de Preit avant de se transformer en chemin de graviers.

Graviers devant, graviers à droite.

Les aventuriers du rallye Turin–Nice bifurquent à droite et laissent le col derrière eux. Ils montent, descendent, remontent, rencontrent quelques rares portions de plat, certaines presque damées, d'autres carrément rocailleuses.

Lire Plus
Torino-Nice Rally

Le quatrième jour, ils se sont déjà rendu à l'évidence qu'il fallait prendre les choses comme elles venaient. Et ici le « petit Pérou » : 35 km de haute montagne et de graviers en pleine nature.

Les inquiétudes des préparatifs sont loin derrière, la tension du premier jour s'est évanouie et la paranoïa de l'ennui mécanique est oubliée. Les cyclistes suivent le cours des montées et des descentes de cette grande piste paradisiaque qui esquive par une cuvette intérieure les pics de granit déchiqueté en surplomb, avant de suivre une descente en spirale qui rejoint le bitume, juste en dessous du col de Fauniera.

D'aucuns pensent que c'est là l'endroit le plus beau de tout le rallye. En tous les cas, c'est certainement la piste de graviers la plus fascinante au monde.

Torino-Nice Rally

DE L'AVION, LE VOYAGEUR SE DEMANDE « EST-CE QUE CETTE LIGNE QUI POURFEND LE FLANC DE LA MONTAGNE EST PRATICABLE ? »

Praticable ou non praticable, là n'est pas vraiment la question pour les cyclistes du­­ rallye Turin–Nice.

Tout est possible avec le bon vélo et la bonne proportion de bagages. Le groupe qui s'est formé à Turin était pour le moins éclectique : des VTT enduro aux cyclo-cross modifiés, jusqu'aux vélos de route !

« Ce ne sont que des montagnes... » avions-nous fanfaronné avec un peu de désinvolture dans nos e-mails à James, l'organisateur, avant l'événement. En nous lisant, il a dû penser au col de Colombart et rire un bon coup de notre naïveté. Des pentes à 25 %, des rochers de la taille d'un ballon de foot qui émergent du sol, 25 à 30 ºC... Sans oublier nos 9 kg de bagages.

C'est ça le rallye Turin–Nice. On l'aime alors on encaisse.

Torino-Nice Rally

PAR LE HUBLOT, DANS LE PROLONGEMENT DE L'AILE SE PROFILE UN SOMMET ENNEIGÉ...« À COMBIEN PEUT-IL CUMULER ? »

En faisant le rallye Turin–Nice, on réalise que l'endroit idéal pour faire du vélo en montagne se situe entre deux et trois mille mètres d'altitude.

C'est là que les sommets perdent leurs arbres, que les rochers se révèlent dans toute leur splendeur géologique et que le ciel devient plus bleu. D'un bleu limpide. D'un magnifique bleu alpin.

À l'autre bout du chemin, la Via del Sale suit la crête et la frontière à 2 000 m.

Les chemins non pavés qui partent des cols – généralement dans le prolongement des routes asphaltées – sont un véritable paradis pour les épris de liberté. Mais, il est bien connu que le paradis n'est pas facile d'accès.

Torino-Nice Rally

ENTRE LES REPLIS DES MONTAGNES SE CACHENT, TAPIES DANS L'OMBRE, DES VALLÉES QU'IL EST IMPOSSIBLE D'APERCEVOIR DEPUIS LE HUBLOT. « QUE PEUT-IL BIEN Y AVOIR EN BAS ? »

Les vallées recèlent de surprises – comme les deux montées de 500 m entre Pourrières et Briançon – avant de reprendre de l'altitude pour rejoindre le col d’Izoard. Pas vraiment le genre d'exercice dont nos jambes déjà fatiguées ont besoin.

Le doute nous assaille. Une fatigue que nous n'avions pas prévue. Nous reformons le peloton, le franchissement de l'Izoard est comme une résurrection : peut-être pourrons-nous rejoindre Agnel avant le coucher du soleil ? Un hôtel se niche au pied de la montée. Et l'unique autre option se trouve à 18 km et 1 800 m plus haut. Ou alors dormir à la belle étoile, comme les vrais du rallye ? Mais bon, ils font de la bière et proposent un menu à la carte. Et puis, laver nos cuissard ne serait pas un luxe...

Voilà pourquoi la vallée est si tentante.

Nous avons-vous parlé de la trattoria qui se trouve versant italien, avec ses double expressos serrés et sa focaccia au jambon fumée, tomates et mozzarella ?

Torino-Nice Rally

QU'EST-CE QUI SE CACHE ENTRE CES SOMMETS ?

Dans la montée du col de Finestre, nous dépassons un troupeau d'au moins 50 vaches que deux fermiers sont en train de traire une par une... À sept heures du soir et 1 800 m d'altitude.

De l'autre côté, des rapaces en quête de proies tournoient dans le ciel qui s'obscurcit peu à peu. Nous tombons presque nez à nez avec un chevreuil.

Mais ils sont rares, les vaches sont tout de même plus fréquentes ! Que font-elles là, dans ce petit Pérou ? Entretenir la pelouse ? Ou peut-être pour produire la meilleure mozzarella du monde ? Dans ces dernières journées estivales, le paysage semble idyllique. Pourtant, pas d'illusions : ce petit coin de paradis ne restera encore ouvert qu'un mois tout au plus, business oblige.

Torino-Nice Rally

LES TRACÉS SONT IMAGINÉS SUR UN SIÈGE D'AVION. MAIS DE VOIR LA GRANDEUR DE CES MONTAGNES LORS DE LA DESCENTE SUR NICE, LE DOUTE S'IMMISCE...« EN SERAI-JE CAPABLE ? »

En tout cas le Turin–Nice oui, c'est faisable... si on aime en baver.

La carte du tracé et les fichiers gpx sont à disposition si vous les voulez. Sinon trouver votre chemin en direction de Café du Cycliste à Nice. C'est ce que Benedict Campbell a fait : il a décidé de prendre par le col de la Bonette et d'explorer un ou deux bunkers en chemin.

Voilà ce qui arrive quand des « purs routiers » décident de faire le rallye Turin–Nice : zéro bivouac (bien que nous avions pris le matériel), de gros petit-déjeuners et des départs tardifs, de gros coups d'accélérateur pour franchir une vallée en mode contre-la-montre et des double expressos en milieu d'après-midi.

Torino-Nice Rally

L'AVION ATTERRIT À NICE. LA CHALEUR MONTE AU FUR ET À MESURE QUE L'ON DESCEND L'ESCALIER. VITE, UNE BIÈRE OU UN VERRE DE ROSÉ SUR LA PLAGE. JUSTE LE TEMPS DE PEAUFINER LE TRACÉ.

Le briefing d'avant départ fixait le point de ralliement au Café du Cycliste et faisait miroiter les bières que l'on prendrait ensuite au pub Ma Nolans à côté, sur le port.

L'heure du rendez-vous ? Entre 5 et 12 jours après le départ. C'est comme ça que le Turin–Nice fonctionne. Malheureusement, les pluies torrentielles ont mis un terme à cette douce conclusion de rêve. Bloqués dans une gare sans train à La Brigue, nous bottons en touche et appelons un copain.

Mais ce qui est fait, est fait. Les pistes de montagne nous ont marqués. Et nous y reviendrions.

Torino-Nice Rally

RIDERS' NOTES

Strava file of our ride - here
TNR website for the 3rd Edition - here

FOOTNOTES

Photography : Antton Miettinen